Blocage au Vietnam à cause du Coronavirus

  • Blog 2

La blogueuse de voyages provenant de la Croatie a raconté son histoire et celle de son petit ami qui sont coincés au Vietnam lorsque le Coronavirus a éclaté. Voici le partage d'Arijana Tkalcec de 24 ans traduit par Guide du Vietnam:

Blocage au Vietnam à cause du Coronavirus

Après avoir obtenu le diplôme universitaire, mon petit ami et moi, nous avons décidé de voyager en Asie du Sud-est pendant 7 mois. Nous avons commencé le voyage en janvier, lorsque les premiers cas d’infection par le Coronavirus apparaissaient en Chine, mais sans croire que la maladie est devenue une pandémie mondiale très peu de temps après… Nous sommes allés à Bali, en Indonésie et y sommes restés un mois. Ensuite, on est venu au Vietnam et a prévu de rester ici pendant 3 mois. Mais alors la pandémie de Coronavirus a éclaté et tout ne suivait plus le plan d'origine…

Pendant les deux premières semaines, le voyage au Vietnam a été parfait. Nous sommes entrés au Vietnam lorsque le pays était sûr car aucun nouveau cas n'avait été signalé depuis des jours. La seule chose que nous nous sentions différente de l'habituel était que l’on nous faisait vérifier la température avant de visiter les musées…

En arrivant à Mui Ne, tout a commencé à changer. Les cas d'infection ont commencé à augmenter en Europe et il y avait un cas a apparu à Phan Thiet le 10 mars. Après cela, de nouveaux cas ont été progressivement annoncés. La ville animée devenait progressivement déserte. Les restaurants ont été fermés; Les hôtels cessaient d'accepter les visiteurs…

Comme la situation épidémique de Coronavirus au Vietnam n'était pas si mauvaise, donc, nous sommes allés à Dalat. Mais ensuite, certains problèmes ont commencé à apparaître. On nous a refusé l'accès à un restaurant local parce que nous étions des étrangers. Tout le monde dans la rue portait immédiatement le masque lorsque nous passions. Ils avaient peur de nous. De nombreux nouveaux cas au Vietnam étaient les gens revenant de l'étranger. Par conséquent, j'ai quelque peu compris leurs actions et je me sentais aussi mal à l'aise. Enfin, nous sommes confrontés à la question: rester ou rentrer à la maison?

Les choses se changeaient de plus en plus vite, les pays du monde commençaient à fermer la frontière, la situation en Europe était mauvaise et les vols se faisaient de moins en moins. Après des discussions approfondies avec la famille et les amis qui étaient dans la même situation, nous avons décidé de rester au Vietnam…

La raison? Tout d'abord, Le déplacement en avion nous a mis mal à l'aise. De nombreux cas confirmés au Vietnam ont été associés au partage d'avions avec des patients. Deuxièmement, nous avons acheté le billet pour Zagreb en septembre et le vol de retour était trop cher. Plus important encore, personne ne pouvait être sûr que tout se passerait bien. Que se passerait-t-il si nous serions coincés à un aéroport ou si le vol serait annulé et que nous n'aurions pas d'argent pour réserver un autre vol?

La réservation de nouveaux billets était trop risquée. Troisièmement, si nous rentrions chez nous, nous aurions besoin d'un isolement obligatoire pendant 14 jours et nous ne voulions pas mettre les membres de notre famille en danger. Finalement, mon petit ami originaire de Slovénie, où la frontière était fermée aurait définitivement plus de problèmes…

Ayant décidé de rester, on s’est réagit rapidement. Si le Vietnam se bloquait comme d'autres pays, nous aurions aussi des difficultés. Mon premier travail consistait donc à choisir où on serait temporairement bloqué. Da Nang était le premier nom auquel nous pensions. On pouvait avoir tout ce que l’on voulait pour une vie normale…

Nous avons pris la voiture pendant 6 heures pour voyager de Dalat à Nha Trang. À Nha Trang, tout était assez différent de Dalat, où il y avait encore beaucoup de touristes, principalement des Russes. Beaucoup de gens ne portaient pas de masque et la plage était toujours bondée…Tout ici était encore très confortable. En quittant Nha Trang, nous avons pris un train pendant 10 heures pour Danang. Les gens avaient toujours peur de nous. Lorsque nous sommes entrés dans la cabine, un Vietnamien était inquiet d'être dans la même cabine que nous et il a fallu un certain temps pour l'accepter. Nous avons montré le respect en portant le masque pendant 10 heures…

Lorsque nous sommes arrivés à la gare de Da Nang, nous avons été choqués de voir des gens portant l’équipement de protection et les policiers attendaient des passagers à l'entrée. Une personne tenant une pancarte en anglais nous a expliqué les procédures à suivre, car nous étions les seuls touristes à bord. Au début, j'avais peur de voir les autorités. La première pensée qui me vint à l'esprit fut: "Que vont-ils me faire?" Mais au final, tout s’est passé…

Je dois dire qu'ils étaient très gentils et sympathiques envers nous. Nous avons mesuré la température et ont été demandés à désinfecter les mains deux fois. En tant que visiteur international, nous devions remplir certaines informations telles que d'où nous venons, où nous séjournions, quand nous sommes arrivés au Vietnam...Nous devions également télécharger l'application Déclaration médicale et remplir les formulaires. Chaque jour, l'application nous a demandé si nous nous sentions bien ou s'il y avait des symptômes. De cette façon, l'autorité sanitaire pouvait surveiller notre santé pour nous soutenir beaucoup plus rapidement que dans d'autres pays. Chaque personne était identifiée par un nombre fixe et scannée via QR code.

Nous sommes arrivés à Da Nang à la dernière minute, alors que la ville commençait à fermer des lieux publics le lendemain. La plage était fermée, des policiers et des sauveteurs patrouillaient pour empêcher aux habitants d’y aller. Les gens en public portaient le masque…Le 16 avril, les restaurants ont ouvert les portes mais les clients ont dû ramener la nourriture à la maison. Pendant notre confinement social de 22 jours en avril 2020, nous sommes restés à la maison et avons fait notre propre cuisine. Nous sommes allés au marché une fois par semaine et n'avons eu aucune difficulté pour trouver de la nourriture….

En comparant les chiffres d'infection et de décès dus au Coronavirus entre le Vietnam et le monde, nous constatons que c'est l'un des pays qui a le mieux géré la situation de la pandémie. C'est pourquoi je me sens en sécurité ici. Le gouvernement a toujours été actif dans la diffusion de la prévention du Coronavirus auprès de la population. La vérité intéressante est qu'il n'y a eu aucun décès ici. Je crois que le Vietnam atteint ce résultat parce que, partiellement, les personnes âgées ici sont en bonne santé. Ils font de l'exercice tous les jours et sont actifs. La plupart des gens se réveillent à 5h du matin puis vont à la plage pour faire de l'exercice, du yoga ou pour jouer au badminton...

Actuellement, Arijana Tkalcec et son petit ami sont toujours au Vietnam. Dans un tweet publié le 19 mai 2020, la bloggeuse a déclaré: "Il est incroyable que nous soyons au Vietnam depuis 3 mois et que nous y restons 3 mois encore. Ce n'est pas notre plan initial mais pour l'instant, je n'ai aucune raison de me plaindre. Nous nous sentons vraiment chanceux d'être coincés ici. "

(Selon Croatiaweek)

Autre articles

Beauty style back to top