C’est au Vietnam que je dois une énorme dette.

  • Blog 2

Après la lutte contre le Coronavirus, M. Steve Jackson croit qu’il doit une lourde dette au Vietnam et que ce pays est capable de tout faire.

Steve Jackson, un britannique, âgé de 49 ans, travaillant pour une organisation non gouvernementale à Hanoi, a partagé avec VnExpress ses sentiments, ses pensées personnelles et sa vie de famille dans la lutte contre le Coronavirus au Vietnam.

Coronavirus

Mon ami asiatique a sa mère âgée vivant en Angleterre. Lors de conversation en ligne, elle a déclaré que le Coronavirus faisait les gens tomber dans une "tristesse au ralenti". La tristesse qui l'a fait jogger en pleurant. J'avoue que j'avais de nombreuses nuits blanches. Même la plus petite chose me pouvait toucher. Je ne pouvais pas penser au futur lointain car tout était si sombre…

Lorsque l’épidémie a éclaté à Wuhan en Chine, le Vietnam a planifié d'urgence la réponse. Le jardin d'enfants de ma fille a été fermé. Les masques faciaux devenaient des éléments obligatoires. Le gouvernement recherchait tout de suite les signes d'une personne infectée. L'application a été lancée, offrant de nombreuses fonctionnalités différentes. Plus important encore, il vous suffisait d'appuyer sur un bouton et un groupe d'agents de santé en tenue de protection apparaissait tout de suite…

Au Vietnam, les personnes infectées par le Coronavirus (F0) sont hospitalisés. Les personnes ayant eu un contact avec le patient (F1) sont isolées. Les gens en contact avec tous ceux qui avaient eu avant le contact avec le patient (F2) sont également isolés. Juste comme ça, vous pouvez imaginer l'image entière…

En même temps, le Coronavirus en Europe était hors de contrôle. Surtout en Italie. Des centaines de personnes sont mortes chaque jour. L'Angleterre a nié la gravité de la maladie…

Quant à nous, le jardin d'enfants de ma fille a été fermé pendant des semaines, puis des mois. Je travaillais à la maison. Nous avons essayé de nous gérer. Ce n'était pas facile. Après quelques semaines, nous avons envoyé nos enfants chez la grand-mère du lundi au vendredi. Deux semaines plus tard, nous avons réalisé que personne n'était heureux. Nous nous manquions et l'anxiété était pire. La colère apparaissait parfois…

Coronavirus

J'ai décidé de ramener mon enfant à la maison et de trouver le moyen de m'adapter.

À ce stade, quelque chose d'incroyable s'est produit au Vietnam. Nous, les expatriés vivant ici, avons commencé à réaliser que c'était quelque chose d'extraordinaire!

Il y a deux photos qui m'ont fait pleurer. La première est les soldats gisant sur le sol en béton. La deuxième photo représente les jeunes vietnamiens, probablement rentrés de l'étranger, assis sur des lits superposés, portant des masques et discutant.

Les soldats ont abandonné leur lit pour l'isolement. Ils faisaient la cuisine, le nettoyage...

Les soldats servaient le peuple, aidant le peuple à survivre. Et à cette époque, il y avait des dizaines de milliers de personnes isolées.

Puis une fille infectée est rentrée de l’Europe. Elle est venue à l'hôpital et les gens ont dû bloquer la rue. Le réseau social vietnamien était en plein essor.

Cela fait une différence. Parfois, la transparence devient excessivement dangereuse, mais donne également l'impression que chaque cas ou chaque vie est aussi important.

Le Vietnam n'a toujours pas de mort lié au Coronavirus.

Des milliers de Vietnamiens sont revenus de l'étranger. Ils sont tous isolés. Ils comprennent eux-mêmes que c'est la bonne chose à faire.

Coronavirus

Si vous êtes un homme blanc d'âge moyen, vous comprendrez comment il est difficile de "reprogrammer vos pensées". Lorsque l’épidémie apparaissait pour la première fois au Vietnam, nous ne savions pas si ce pays avait suffisamment de machine respiratoire. Au moment où le Coronavirus a vraiment touché le Vietnam, j'étais sûr que ce pays subirait de lourdes pertes car, en comparaison, au moins, la Grande-Bretagne était également un pays plus développé. Dois-je rentrer à la maison? Je n'ose pas être optimiste. Comment le Vietnam s'en sortira-t-il? Le Vietnam peut-il faire face?

L’épidémie a éclaté dans un hôpital à Hanoi. Un énorme effort a été exigé pour le nettoyer et l'isoler. Le nombre de cas continuait d'augmenter…

Nous attendions l'explosion. Nous attendions le moment où les choses devenaient incontrôlables. Mais cette explosion n'est jamais venue…

Rapidement, le nombre de cas de récupération a augmenté. Plusieurs jours se sont passés sans qu'aucun nouveau cas ne soit enregistré dans la communauté. Le nombre de morts est toujours zéro...

Bientôt, tout le mois n’a enregistré aucun nouveaux cas dans la communauté. On a rouvert l'école. Que c’était heureux! Je voulais attacher le drapeau pour encourager le football vietnamien à la moto lorsque j’ai emmené mon enfant à l'école. Je voulais me serrer la main avec tous les parents et les enseignants…

Notre vie normale est de retour. L'embouteillage devient également très important. Même les journées chaudes de 40 degrés Celsius sont aussi les bienvenues. Le ciel bleu est l'opposé de la mémoire d'un ciel d'hiver gris anxieux...

Je me sens comme si je viens de gagner la loterie!

Au Royaume-Uni, ma famille fait face à l’épidémie, et bien sûr, je m'inquiète pour eux. Mes sœurs sont enseignantes et les écoles rouvrent. Mon beau-frère doit encore travailler pendant le blocus car la plupart de ses élèves faisaient partie de groupes vulnérables. Leurs bulles protectrices ne sont pas certaines.

En raison du blocus, mes parents n'ont été autorisés à quitter la maison qu'en promenant les chiens. Mais maintenant, la vie est un peu "ouverte". Mes parents sont assez intelligents pour ne pas se mettre dans des situations dangereuses et ils profitent des sorties. Il faudra peut-être encore quelques années pour que je puisse les revoir.

Au Royaume-Uni, le nombre de décès liés au Coronavirus est de 42 000. En fait, ce nombre est probablement 50% plus élevé.

Parfois, les médias, les organisations et les universitaires remettent en question les chiffres au Vietnam, affirmant que le pays cache quelque chose: "Au moins un ou deux cas". Alors que des milliers de Britanniques sont morts, au Vietnam, il y a seulement quelques cas d’infection.

Cette semaine, je veux citer une phrase de la chanson "Ghen Co Vi" que le Vietnam a publiée pour faire l’appel à la communauté de se laver les mains et de porter des masques. Je recherche des vidéos sous-titrées en anglais sur YouTube. Il y a quelques mois, je me suis lassé de cette chanson mais elle s'est répandue dans le monde…

Mais, je suis surpris de constater que cette chanson me rend nostalgique maintenant.

C’est au Vietnam que je dois une grosse dette. Je vais peut-être lui donner quelque chose en retour. Ou peut-être que je dois simplement devenir mieux…

Le Vietnam peut également s’améliorer, ou plutôt maintenir des choses de classe mondiale comme maintenant, y compris la transparence, l'ouverture et la solidarité. Le Vietnam est capable de tout faire et deviendra la nouvelle norme.

Vietnam Leaves no one behind (Vietnam ne laisse personne derrière). Il suffit de voir cet hashtag apparaître partout pendant la lutte contre le Coronavirus pour évaluer la situation.

On dit souvent que les Vietnamiens sont laborieux mais ne sont pas créatifs. Une chanson mondialement célèbre a brisé ce préjugé. On dit que le Vietnam peut produire mais ne peut pas développer ses propres produits. Jetez un œil sur ses tests et son application! Je parie que le Vietnam produira le vaccin. Le Vietnam peut tout faire.

Le Vietnam n'a toujours pas de décès en raison de Coronavirus.

Traduit de VnExpress par Guide du Vietnam

Autre articles

Beauty style back to top