Comment le Vietnam prévient-il le COVID-19 selon le journal australien?

  • Actualité

Comment le Vietnam prévient-il le COVID-19? La façon de lutte contre la 2ème vague du COVID-19 au Vietnam est admirée par le journal australien selon lequel le Vietnam a "vaincu" le COVID-19 à deux reprises. Ce journal a aussi particulièrement félicité les habitants de Da Nang.

 Comment le Vietnam prévient-il le COVID-19

Récemment, le journal ABC News (Australie) a publié un article intitulé "Comment le Vietnam a-t-il arrêté la deuxième vague de COVID-19?". Voici le contenu de l'article écrit par l’auteur Max Walden:

Le Vietnam a connu deux semaines sans enregistrer de nouveaux cas d'infection au COVID-19 dans la communauté. Cela peut être considéré comme la 2ème  victoire sur la pandémie dangereuse. À ce jour, ce pays de plus de 95 millions d'habitants a enregistré un peu plus de 1068 infections au COVID-19 - à peu près le même nombre dans le Queensland - et 35 décès - de moins qu'en New South Wales. Presque toutes les restrictions dans la ville de Da Nang - qui comptait plus de 550 infections fin juillet  2020 - ont été supprimées.

Alors, comment le Vietnam a-t-il pu prévenir la 2ème vague de COVID-19?

Il n'y a eu aucun décès dû au COVID-19 en 6 mois. Depuis le début de la pandémie, le Vietnam s’est réagit rapidement et de manière décisive contre le COVID-19. Après la découverte des premiers cas en janvier 2020, les vols à destination et en provenance de Wuhan (Chine) ont été annulés.

À la fin du mois de mars, les frontières au Vietnam étaient presque complètement fermées. Les tests, le suivi de l'exposition et les campagnes de santé publique ont tous été mis en œuvre rapidement. "La confiance des gens est un facteur clé de succès", a commenté le Fonds monétaire mondial (FMI) en juin qui a ajouté: "Dès le début, les informations sur le virus et la stratégie du Vietnam étaient très transparentes".

Le gouvernement a utilisé une variété de méthodes innovantes pour communiquer les symptômes, la manière de prévenir l’infection et les endroits pour effectuer les tests. La communication se fait notamment via les médias nationaux, les médias sociaux, les SMS et même une chanson pour promouvoir l'importance du lavage de la main.

Depuis mi-mars 2020, le port du masque était un incontournable en public. Contrairement à d'autres parties du monde, presque personne au Vietnam n’est contre le port des masques.

"Les Vietnamiens sont expérimentés pour la prévention des maladies infectieuses, le pays a connu des épidémies de maladies infectieuses au cours des 20 dernières années", a déclaré Guy Thwaites, le directeur de l'Unité de recherche médicale de l'Université d'Oxford. "Ce n'est pas une réaction basée sur la haute technologie, mais sur une organisation et une action rapides."

L'ordonnance nationale d'isolement social a été appliquée du 1er avril au 22 avril 2020. En même temps, des centaines de milliers de personnes, en particulier des cas de suspects de COVID-19, ont été mises en quarantaine dans des hôpitaux publics, des installations ou en isolement à domicile.

À ce jour, le nombre d'infections est encore faible. L'âge moyen des personnes infectées par le COVID-19 est d'environ 30 ans, et c'est pourquoi le Vietnam n'avait aucune victime liée au virus pendant plus de 6 mois. Selon une enquête de l'Agence de recherche YouGov au Royaume-Uni, jusqu'à 97% des Vietnamiens interrogés ont déclaré croire pleinement à la manière dont le gouvernement a géré la pandémie - un nombre record et numéro un dans le monde.

Fin juillet 2020, l'épidémie de COVID-19  a été réapparue "mystérieusement" à Da Nang.

Le 31 juillet 2020, un patient de sexe masculin âgé de 70 ans est devenu le premier décès dû au COVID-19 au Vietnam, six jours seulement après le déclenchement de cette épidémie dans un hôpital local. En même temps, le nombre de nouvelles infections était de plus de 550 - représentant la moitié de tous les cas au Vietnam depuis l'épidémie.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), "environ 98% de la deuxième série d'infections ont été liées aux grands hôpitaux de Da Nang ou ont déménagé à Da Nang". La ville entière était alors bouclée et la mobilité était strictement contrôlée.

"Le gouvernement a appliqué toutes les mesures qu'il avait prises dans le passé, mais cette fois, cela a été fait à plus grande échelle et très rapidement", a déclaré le professeur Thwaites.

Outre le test communautaire à grande échelle à Wuhan, le Vietnam a cette fois utilisé le test groupé. Si l'échantillon groupé de 5 ou 6 personnes est positif, toutes les personnes de l'échantillon seront testées séparément.

‘’L'échantillon de toute la famille a été rassemblé pour les tests. De cette façon, il est possible de tester 100 000 personnes en seulement 20 000 tests. Cela permet d'économiser du temps et de l'argent’’, explique le professeur Thwaites.

Selon l'OMS, environ un tiers des ménages de Da Nang ont été testés entre le 3 et le 10 septembre 2020. ‘’ Cette fois, l'isolement social était plus strict que la dernière fois et ils ont réagi très rapidement’’, a déclaré Jos Aguiar, un Australien travaillant dans une entreprise à Da Nang.

"Dans notre quartier, ils ont installé des barricades des deux côtés de la route. C'est assez gênant, mais je suis content de la façon dont le Vietnam a géré l'épidémie."

En répondant à ABC News (Australie), les gens interrogés ont déclaré que les habitants de Da Nang "ont donné de l'argent, de la nourriture et des produits de première nécessité aux principaux hôpitaux de la ville".

"Lors de sa sortie de l'hôpital, un patient a même créé un fonds avec des amis pour produire des désinfectants pour les hôpitaux de Da Nang et des environs". Ce sont des actions précieuses qui apportent une contribution importante à la lutte contre la pandémie COVID-19 au Vietnam.

"Les rues sont aussi bondées qu'elles l'étaient", a commenté le professeur Thwaites sur la vie à Ho Chi Minh-Ville. La semaine dernière, le Vietnam a annoncé qu'il commencerait à reprendre ses vols vers Séoul, Guangzhou, Taipei et Tokyo.Les experts économiques affirment que le Vietnam, après ses efficaces mesures de prévention de COVID-19, sera l'un des rares pays à continuer de réaliser une croissance économique cette année.

Autre articles

Beauty style back to top